Dans un train de nuit en Autriche, discussions vertes avant les législatives

Deux articles pour Libération, pour vous parler du vote de dimanche, qui nous tient en haleine.

Le contexte : www.liberation.fr/planete/2019/09/26/elections-en-autriche-les-conservateurs-favoris-la-coalition-en-question_1753839

Et puis ce reportage.

Entre couchettes de première et compartiments de seconde, les Autrichiens parlent de ce mode de transport et de l’écologie qui s’est imposée dans la campagne électorale.

Vienne, gare centrale, 23 heures. Norbert Steinkopf patiente tranquillement. La compagnie ferroviaire autrichienne ÖBB lui a envoyé un mail pour le prévenir que son Nightjet 246 à destination de Brégence partirait avec neuf minutes de retard. Le jeune informaticien allemand affectionne les trains de nuit. «C’est dommage que chez nous, en Allemagne, il n’y en ait plus». Alors que la plupart des pays européens liquident leurs lignes de nuit, la compagnie OBB investit à tour de bras. Elle en a même racheté à la Deutsche Bahn allemande. Un choix probablement rentable, car les Autrichiens n’hésitent pas à utiliser ce mode de transport. En moyenne, un Autrichien parcourt près de 1 400 kilomètres de rails par an. En Europe, seuls les Suisses font mieux.

«Si tous les pays pouvaient penser comme l’Autriche…» soupire un quinquagénaire en veste vert citron, avant de grimper dans un wagon. Lire la suite « Dans un train de nuit en Autriche, discussions vertes avant les législatives »

Wenn Kippen irgendwohin gekippt werden

Ich habe wieder einen coolen Beitrag für die Ö1-Sendung Moment gestalten dürfen. Heute um 15.30 Uhr: einschalten!

Klein, aber keine Kleinigkeit. Die Frage der Zigarettenstummel.

Ab November soll ein generelles Rauchverbot in der Gastronomie nun doch gelten. Es ist zu erwarten, dass rauchende Gäste dann vermehrt vor die Lokale wandern werden, um weiter ihr Nikotin genießen zu können. Was dann vor den Lokalen auch zu erwarten ist – noch mehr Verschmutzung des öffentlichen Raums durch Zigarettenreste. Denn die Kippen säumen die Wege von den 1,6 Millionen österreichischen Rauchern und Raucherinnen, am Gehsteig, Straßenrand, auf Geleisen und an Kreuzungen. Allerdings sind Zigaretten nicht nur dann gefährlich, wenn sie geraucht werden, sondern auch noch lange danach. Denn sie sind giftig und schaden der Umwelt.

Comment l’Autriche est-elle devenue championne du monde du bio ?

Pour se détendre un peu après tous ces rebondissements politiques, un point sur le modèle agricole autrichien. Avec près d’un quart des cultures faites en bio, le pays domine le top mondial. Comment, pourquoi, depuis quand ? J’expliquais tout ça lundi dernier dans Libé.

Du boudin, bio. Une part de poêlée de pommes-de-terre, bio. Un schnaps, bio, bien sûr.

Les commandes s‘enchaînent à la petite échoppe sur le marché de la Freyung, au centre de Vienne, en Autriche. Le patron, une figure locale qui ne se présente que par son prénom, Hermann, est issu d’une lignée d’agriculteurs biologiques qui remonte à ses arrières-grands-parents.

«Nous avons une petite exploitation dans les Pré-Alpes. Ce n’est pas possible pour nous de nous agrandir, alors on mise sur le fait d’être petits, mais honnêtes», explique-t-il avec un clin d’œil. Lire la suite « Comment l’Autriche est-elle devenue championne du monde du bio ? »

Adieu au plastique et Vienne fait de la résistance

Que s’est-il donc passé en Autriche cette dernière semaine ?

D’abord, la municipalité de Vienne a fait de la résistance en annonçant qu’elle refuserait d’appliquer la réforme de l’aide sociale élaborée par le gouvernement fédéral. Ou bien les sociaux-démocrates viennois sont-ils surtout entrés en campagne pour les élections municipales de l’année prochaine ? Mon papier à retrouver dans Accents d’Europe (11’45) : www.rfi.fr/emission/20190118-europe-resistance.

Ensuite, les Autrichiens se sont réjouis de l’interdiction des sacs plastiques dans le commerce, qui prendra effet en 2020. Les Français ont déjà l’habitude, mais ce n’est pas partout pareil et j’ai expliqué tout ça à l’antenne de la RTBF belge : www.rtbf.be/auvio/detail_la-semaine-de-l-europe. Vous entendrez que l’experte que j’ai interviewée rappelle que, maintenant, il est grand temps de s’attaquer à un plus gros problème : les bouteilles en plastique !

 

L’Autriche poursuit sa croisade juridique contre le nucléaire en Europe

Le gouvernement a décidé de faire appel contre une décision de la CJUE autorisant des subventions publiques à l’EPR britannique de Hinkley Point.

«A peine de retour de son congé maternité, la ministre du Développement durable, Elisabeth Köstinger, déclare à nouveau la guerre au lobby de l’atome.» Le Kronen Zeitung, principal quotidien du pays, a mis les pieds dans le plat en annonçant, mardi, que le gouvernement autrichien allait faire appel, devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), d’un jugement ayant autorisé des subventions publiques du gouvernement britannique pour la centrale nucléaire d’Hinkley Point.

Une ministre contre un lobby, le nucléaire tant détesté en Autriche… voilà des ingrédients qui plaisent à la Kronen Zeitung, tabloïd populiste et populaire. Ils pourraient aussi rapporter des points de popularité au gouvernement du conservateur Sebastian Kurz, qui dirige en coalition avec l’extrême droite depuis décembre dernier.

Le conseil des ministres autrichiens doit décider ce mercredi de faire appel, avec le soutien du Luxembourg. En juillet dernier, la CJUE avait rejeté une plainte soumise par Vienne en 2015, à l’époque sous une coalition centriste. Certes, une injection d’argent public à Hinkley Point introduit bien une distorsion sur le marché énergétique européen, avaient expliqué les juges, mais de telles subventions peuvent être autorisées, dans certains cas exceptionnels. Le traité Euratom de 1957, un des textes fondateurs de l’Union, fait du domaine atomique l’une de ces exceptions.

Antinucléarisme

L’Autriche ne veut pourtant pas abandonner le combat juridique contre le nucléaire en Europe, qu’elle mène sur plusieurs fronts. En mars dernier, Vienne a également déposé une autre plainte, cette fois concernant les réacteurs de Paks, dans la Hongrie voisine. Cette procédure met en cause l’attribution du marché au groupe russe Rosatom, jugée peu transparente. Par ailleurs, cet été, les Länder de Vienne, de la Haute et de la Basse-Autriche se sont dit prêts à intenter d’autres actions, contre un autre réacteur proche du territoire autrichien, à Dukovany, en République tchèque.

De gauche comme de droite, voire d’extrême droite, pas un parti politique autrichien ne défend l’énergie atomique. L’antinucléarisme fait en effet l’objet d’un large consensus dans le pays. Depuis 1978, ce type d’énergie y est de facto interdit. Cette année-là, un référendum empêchait la mise en service de la centrale atomique de Zwentendorf, qui aurait été la première sur le territoire autrichien.

Ce référendum est entré dans la légende nationale. Pourtant, relève Florian Bayer, doctorant en sciences sociales de l’université de Vienne, le basculement définitif de l’opinion a eu lieu plus tard et avec l’aide de la politique. […]

Lire la suite sur le site de Libération : www.liberation.fr/planete/2018/09/05/l-autriche-poursuit-sa-croisade-juridique-contre-le-nucleaire-en-europe_1676553

 

Législatives : les Verts autrichiens à la peine

Militants verts en gaugette avec Ulrike Lunacek sur les hauteurs de Vienne
Militants verts en goguette avec Ulrike Lunacek sur les hauteurs de Vienne ©C Béal
Ulrike Lunacek discute avec la vice-maire de Vienne, Maria Vassilakou-1
Ulrike Lunacek discute avec la vice-maire de Vienne, Maria Vassilakou. © C Béal

J-2 avant les législatives auutrichiennes anticipées. Le jeune candidat conservateur Sebastian Kurz est donné largement favori. Quant aux Verts, ils ne sont crédités de que de 4 ou 6% des voix. Pourtant l’an dernier, les Autrichiens ont élu l’écologiste Alexander Van der Bellen à la présidence. Les Verts n’ont pas su capitaliser cette victoire à cause de divisions internes.

J’ai accompagné sur le terrain la candidate verte, Ulrike Lunacek, à Vienne. Mon reportage était diffusé aujourd’hui dans l’émission « Accents d’Europe », il est à réécouter sur  www.rfi.fr