Wenn Kippen irgendwohin gekippt werden

Ich habe wieder einen coolen Beitrag für die Ö1-Sendung Moment gestalten dürfen. Heute um 15.30 Uhr: einschalten!

Klein, aber keine Kleinigkeit. Die Frage der Zigarettenstummel.

Ab November soll ein generelles Rauchverbot in der Gastronomie nun doch gelten. Es ist zu erwarten, dass rauchende Gäste dann vermehrt vor die Lokale wandern werden, um weiter ihr Nikotin genießen zu können. Was dann vor den Lokalen auch zu erwarten ist – noch mehr Verschmutzung des öffentlichen Raums durch Zigarettenreste. Denn die Kippen säumen die Wege von den 1,6 Millionen österreichischen Rauchern und Raucherinnen, am Gehsteig, Straßenrand, auf Geleisen und an Kreuzungen. Allerdings sind Zigaretten nicht nur dann gefährlich, wenn sie geraucht werden, sondern auch noch lange danach. Denn sie sind giftig und schaden der Umwelt.

Das geteilte Frankreich

Gestern auf ORF.at online gegangen! Mein Artikel über die « territoriale Kluft » in Frankreich: orf.at/stories/3126783/

Die „Gelbwesten“-Proteste haben in den französischen Medien ein bekanntes Thema zurückgebracht. Das der „territorialen Teilung“, also den starken Unterschied zwischen Metropolen und der Peripherie. Auch die Ergebnisse der EU-Wahl und die Frage, wo Marine Le Pen und wo Emmanuel Macron mit ihren Bewegungen gepunktet haben, konnten dieses Bild bestätigen. Doch die Idee der territorialen Teilung ist nicht unumstritten.

 

La police montée : arrivera-t-elle, n’arrivera-t-elle pas ?

C’était un projet qui tenait tout particulièrement à cœur au ministre de l’Intérieur Herbert Kickl (FPÖ) : il voulait doter son pays d’une police montée. Seulement voilà, fin mai, son gouvernement a été renversé suite au scandale d’Ibiza, avant que cette nouvelle compagnie ne sorte des starters. Sous le feux des critiques, celle-ci fait maintenant face à un avenir très incertain. C’est l’histoire que je racontais hier sur RFI et que vous pouvez retrouver sur le site d’Accents d’Europe (à partir de 10′) : www.rfi.fr/emission/20190716

Les étoiles meurtries de l’académie viennoise de ballet

Une nouvelle affaire ébranle le sport de haut niveau en Autriche. Après les accusations d’abus sexuel dans le monde du ski, une autre formation d’élite, une autre fierté nationale, est touchée par le scandale : l’académie de ballet de l’Opéra de Vienne. Je donnais quelques précisions aux auditeurs et auditrices de RFI vendredi, dans « Accents d’Europe » (3’40): www.rfi.fr/emission/20190712

Les mères (et pères) célibataires s’organisent

Fin avril, le parlement autrichien a voté une réforme de l’aide sociale, qui est ici le dernier filet de sécurité étatique pour les personnes sans revenus ou à trop faibles revenus. Cette réforme comprend des coupes pour certains groupes (les étrangers, les familles nombreuses), mais aussi, soulignait le gouvernement droite-extrême droite, des dispositions plus avantageuses pour d’autres. En tête desquelles, les parents isolés, qui bénéficient d’une aide spécifique. Merci… mais c’est un peu à côté de la plaque ! répondent les associations. Mon reportage auprès de mères célibataires qui demandent des dispositions légales plus égalitaires et, encore et toujours, davantage de reconnaissance a été diffusé jeudi par Accents d’Europe, dans une émission spéciale sur la situation des mères célibataires sur le continent (à partir de 11′) : www.rfi.fr/emission/20190606-europe-meres-celibataires-difficultes-irlande-autriche-france-russie-demidoff

L’Autriche a une chancelière… et redécouvre son président

Ce lundi matin, le président de la République autrichienne, Alexander Van der Bellen, a intronisé le gouvernement de transition qui sera mené par Brigitte Bierlein. Une femme prend, pour la première fois, la tête de l’Autriche. Mais est-ce que le président va retourner dans l’ombre ? Ces derniers jours, l’ancien écolo avait pris les choses en main, avec un certain succès. Extrait de mon article pour Libé :

A la faveur de l’Ibizagate, qui a fait tomber le gouvernement de droite et d’extrême droite, l’ancien chef des Verts autrichiens, jadis parcimonieux dans son expression, est sorti de son rôle protocolaire pour se poser en garant de la Constitution.

Il a pris le temps de se rendre aux obsèques du champion de F1 Niki Lauda. Et de se laisser prendre en photo alors qu’il promenait son chien sur les pelouses publiques devant la Hofburg, le palais présidentiel viennois. Tout en gérant depuis deux semaines une crise gouvernementale inédite dans l’histoire moderne de l’Autriche. Alexander Van der Bellen, le président dont on croyait le rôle purement symbolique, est la grande révélation du moment en Autriche. Il a repris en main la gestion de la République depuis la destitution du chancelier Sebastian Kurz, lundi dernier, avec une adresse souveraine et un esprit de consensus largement salués dans le pays. L’ancien chef des Verts autrichiens est le grand gagnant de la crise.

Lire la suite « L’Autriche a une chancelière… et redécouvre son président »

Quand le FPÖ voulait restreindre la liberté de la presse

Le bon score de son parti, l’ÖVP conservateur, aux européennes n’aura pas réussi à le sauver. Le jeune chancelier autrichien a été renversé, lundi, par une motion de censure. Sebastian Kurz paie ainsi son alliance dangereuse avec le FPÖ. Le parti d’extrême droite qui lui-même est plongé dans une affaire, déjà baptisé « Ibizagate ». Rappel : le 17 mai dernier, des médias allemands ont publié une vidéo où l’on voit le chef d’alors du FPÖ, Heinz-Christian Strache, proposer des marchés publics à une femme se faisant passer pour la nièce d’un oligarque russe, en échange de financements occultes. Il se dit même prêt à mettre au pas le quotidien le plus influent du pays. Ce qui en dit long sur ce que pense l’extrême droite autrichienne de la liberté de la presse… Mon reportage diffusé jeudi par Accents d’Europe, sur RFI : www.rfi.fr/emission/20190530-quand-fpo-voulait-restreindre-liberte-presse-autriche