Un cours d’autodéfense pour les musulmanes

Depuis décembre dernier, l’Autriche est dirigée par une coalition de la droite conservatrice avec l’extrême droite du parti FPÖ, suite à une campagne dominée par les thèmes de l’immigration et de l’asile. Alors qu’ils sont souvent accusés de communautarisme, certains musulmans autrichiens répondent en dénonçant ce racisme ambiant. C’est le cas de l’association « Réseau de la société civile musulmane », qui va même jusqu’à organiser un cours d’autodéfense pour les femmes et en particulier les porteuses de voile ! J’ai demandé à ses participantes pourquoi elles y sont venues. Elles sont très intéressantes et vous pouvez les écouter ici : www.rfi.fr/emission/2018040 (à partir de 6’50)

Des mamies et des jeunes contre l’extrême droite

Omas gegen rechts
Des « Omas gegen rechts », les mamies contre l’extrême droite avec leurs bonnets roses, sur la place des Héros, à Vienne

Depuis deux mois, une coalition de la droite et de l’extrême droite gouverne l’Autriche. Il y a 18 ans, une première association droite/FPÖ avait provoqué des vagues de protestation massives. Aujourd’hui, les mouvements de contestation n’ameutent plus les foules. Pourtant, il existe encore des résistants à Vienne, comme ces mamies aux bonnets roses et des jeunes chanteurs engagés – deux générations liées par le même souci de responsabilité morale : www.rfi.fr/emission/20180219-autriche-extreme-droite-italie-attaque-raciste-trafic-enfants-haggarty-yezidis

Un lien vers la chanson « Was? » du groupe Wende Punkt, arrivé en quatrième place lors du « Concours de la chanson protestataire » au théâtre Rabenhof : www.wendepunktpunkt.at/wp/videos

Retour de hype pour le voyage en car (ou : pourquoi la gare routière internationale de Vienne est si laide)

Le Vienna International Busterminal : sa situation sous une bretelle d'autoroute n'est pas très esthétique, mais pratique pour partir sans retard vers Budapest ou Bratislava.

En Europe et surtout dans l’Ouest de l’Europe, l’autobus n‘est pas un moyen de transport aussi commun que dans d’autres parties du monde pour les grandes distances. Mais cela évolue !

En France, on a beaucoup parlé des bus Macron, du nom de l’ancien ministre de l’Economie désormais président qui, en 2015, a libéralisé le secteur. Plus de 8 millions de personnes ont déjà emprunté les autocars de ces nouvelles compagnies privées.

En Autriche, après des décennies où il a été quasi réservé aux immigrés de l’Est et du Sud, le voyage en car est en train de redevenir branché. Ici, il n’y a pas eu de loi de libéralisation du transport. Les compagnies privées affrètent des bus depuis toujours, mais le nombre de passagers a explosé grâce une évolution technologique : le boom des applications de réservation en ligne.

Écoutez mon reportage pour Accents d’Europe et apprenez pourquoi la gare routière internationale de Vienne est si laide ! Le lien (à partir de 2’40 min) : www.rfi.fr/emission/20171030-serbie-refugies-ecole-rentree-scolaire

Le Vienna International Busterminal : sa situation sous une bretelle d’autoroute n’est pas très esthétique, mais pratique pour partir sans retard vers Budapest ou Bratislava.

Sebastian Kurz, du renouveau chez les conservateurs autrichiens… et à la chancellerie !

Le jeune espoir des conservateurs a devancé gauche et extrême droite avec un programme et un style nouveaux, qui le rapprochent des populistes.

«Nous avons rendu possible l’impossible!» Quoiqu’un tantinet fanfaron, le jugement rendu par Sebastian Kurz après la victoire de son parti aux législatives dimanche en Autriche énonce un fait. À un stade léthargique avancé il y a moins d’un an, l’ÖVP conservateur signe un rétablissement spectaculaire, raflant 31% des voix (+7% par rapport à 2013), selon les projections préalables au dépouillement des votes par correspondance. La formation chrétienne-démocrate a clairement distancé son partenaire actuel de gouvernement, le parti social-démocrate du chancelier Christian Kern, qui se dispute la deuxième place avec le FPÖ d’extrême droite aux alentours des 26%.

Cette victoire a un nom, celui de Sebastian Kurz. A 31 ans, le chef des conservateurs est selon toute probabilité le prochain chancelier autrichien. Il sera alors le plus jeune chef de gouvernement en Europe. Actuellement encore ministre des Affaires étrangères, il a réussi un «tour de force communicationnel», selon Laurenz Ennser-Jedenastik, politologue à l’Université de Vienne. «Il a reconnu dans la population un besoin diffus de changement et a réussi à se démarquer du travail gouvernemental de son parti», constate le chercheur. Fort de son jeune âge et d’un dépoussiérage qu’il a su imposer au lourd appareil de l’ÖVP, le ministre s’est ainsi fait élire comme candidat du renouveau à la tête d’un parti… qui siège depuis trente ans, dans diverses coalitions, au gouvernement fédéral.

Ce besoin de changement, Sebastian Kurz l’a canalisé dans l’immigration, un thème qui a dominé toute sa campagne. «C’est un thème qui mobilise particulièrement depuis la crise des réfugiés de l’automne 2015», explique la politologue carinthienne Kathrin Stainer-Hämmerle. «Le thème avait déjà été instrumentalisé auparavant par des hommes comme Jörg Haider, mais c’était pour le compte du FPÖ.» Fin de l’immigration illégale, restriction du droit d’asile, baisse des aides sociales pour les étrangers: Sebastian Kurz a été accusé de reprendre à son compte les positions de ce parti d’extrême droite, ce qui n’a pas empêché celui-ci d’effectuer un bon score.

Le bon résultat du FPÖ n’a rien d’extraordinaire en Autriche, où ce parti participe déjà à l’administration de plusieurs communes et régions. Tout porte à croire que Sebastian Kurz, peu tenté de renouveler la dysfonctionnelle «grande coalition» avec la gauche, va choisir une alliance avec l’extrême droite pour former une majorité de gouvernement. Avec l’institutionnalisation du FPÖ, une telle alliance ne créerait plus le même tollé qu’avait suscité, en 2000-2006, une première coalition de ce genre au niveau fédéral.

Sebastian Kurz porte beaucoup d’espoirs. Qu’en fera-t-il ? […]

Lire la suite sur le site de La Tribune de Genève : www.tdg.ch

Législatives autrichiennes : Sebastian Kurz, un «Macron» ultraconservateur ?

Favori de l’élection, le leader du Parti populaire autrichien pourrait accéder à la chancellerie.
Avec Johanna Luyssen,
** Lire la totalité de l’article, ainsi que l’analyse de Johanna Luyssen, sur le site de Libération : www.liberation.fr**

«Le messie noir». Ainsi l’avait surnommé le quotidien Salzburger Nachrichten au moment de sa reprise en main du Parti populaire autrichien (ÖVP, chrétien-démocrate-conservateur), traditionnellement représenté par la couleur du jais. Sebastian Kurz va devoir prouver, ce dimanche, qu’il sait effectivement marcher sur l’eau.

L’ÖVP, dont la popularité était au plus bas il y a moins d’un an, est désormais en tête dans les enquêtes d’opinion. Le parti ne doute plus d’être en position, à l’issue des législatives, d’installer leur chef à la chancellerie. Avec ses 31 ans et ses promesses de renouveau par la droite, le jeune ministre des Affaires étrangères semble effectivement ne rien avoir à craindre, alors que le chancelier social-démocrate, Christian Kern, doit disputer la deuxième place à l’organisation d’extrême droite FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche), après une campagne pavée de ratés.

 Sebastian Kurz se présente à la tête d’une liste paritaire, ouverte à la société civile et qui porte son nom avant celui du parti. Concoctée dans la foulée de la victoire d’En marche en France (très suivie dans la république alpine), cette liste se veut la preuve que les conservateurs autrichiens constituent désormais un mouvement dynamique, et non plus ce lourd appareil de fédérations régionales, qui siège au gouvernement sans interruption depuis trente ans.

Ascension éclair

Pour cela, Sebastian Kurz a opéré quelques changements politiques, mais aussi cosmétiques (notamment en changeant la couleur du parti). Le noir, couleur traditionnelle de l’ÖVP, est devenu turquoise pâle. La campagne du charismatique ministre, à l’image de celle des autres candidats, fut concentrée non pas sur le parti et son programme, mais sur sa personnalité. «Kurz a tenté de surfer sur la vague Macron en l’appliquant à l’Autriche, dit le politologue Oliver Gruber. Il a essayé de faire du neuf avec un vieux parti.» Sur le fond, en revanche, les différences sont notables. «En surface, il semble jouer sur les mêmes éléments que Macron, note la politologue Kathrin Stainer-Hämmerle. Mais pas du tout en matière de contenus ni d’objectifs stratégiques. Macron a gagné grâce au rejet de l’extrême droite, alors que Kurz envisage une coalition avec le FPÖ.» […]

Lire la totalité de l’article, ainsi que l’analyse de Johanna Luyssen sur le site de Libération : www.liberation.fr

 

Législatives : les Verts autrichiens à la peine

Militants verts en gaugette avec Ulrike Lunacek sur les hauteurs de Vienne
Militants verts en goguette avec Ulrike Lunacek sur les hauteurs de Vienne ©C Béal
Ulrike Lunacek discute avec la vice-maire de Vienne, Maria Vassilakou-1
Ulrike Lunacek discute avec la vice-maire de Vienne, Maria Vassilakou. © C Béal

J-2 avant les législatives auutrichiennes anticipées. Le jeune candidat conservateur Sebastian Kurz est donné largement favori. Quant aux Verts, ils ne sont crédités de que de 4 ou 6% des voix. Pourtant l’an dernier, les Autrichiens ont élu l’écologiste Alexander Van der Bellen à la présidence. Les Verts n’ont pas su capitaliser cette victoire à cause de divisions internes.

J’ai accompagné sur le terrain la candidate verte, Ulrike Lunacek, à Vienne. Mon reportage était diffusé aujourd’hui dans l’émission « Accents d’Europe », il est à réécouter sur  www.rfi.fr

 

 

Législatives autrichiennes : la grande coalition mal en point pourrait laisser sa place à l’extrême droite

La grande coalition autrichienne ne semble pas susceptible de renaître de ses cendres lors des législatives ce dimanche.

**Pour les pressés, une version écourtée de cet article est à lire sur le site de la Tribune de Genève : www.tdg.ch ! **

Un « gouvernement de chevaliers-brigands », c’est ainsi qu’a appelé le président du FPÖ, Heinz-Christian Strache, la coalition des sociaux-démocrates et des conservateurs encore au pouvoir en Autriche lors d’un débat télévisé mardi. Le chef de l’extrême droite est un habitué de ce genre de sorties fleuries contre la « grande coalition ». Cette forme de gouvernement, traditionnelle en Autriche au niveau fédéral depuis 1945, est en effet devenu le symbole de ce fameux « système » contre lequel il prétend lutter.

Il semble bien que, cette fois, ses coups de boutoirs porteront leur fruit. Dimanche, l’Autriche élira un nouveau parlement, dont la composition déterminera la prochaine équipe dirigeante à Vienne. Alors qu’un renouvellement d’alliance entre la gauche et la droite traditionnelles est improbable, le FPÖ semble assuré de faire son entrée au gouvernement.

Fort de son image de rénovateur énergique et pragmatique, le jeune ministre conservateur des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, est le favori des sondages. Il ne cache pas qu’en cas de victoire, il mènera des négociations avec Heinz-Christian Strache, en vue d’une alliance se fonderait sur leurs convergences en matière de politiques migratoire et économique. De leur côté, même s’ils sont divisés sur la question, les sociaux-démocrates du chancelier Christian Kern n’excluent plus non plus une coalition avec l’extrême-droite, qui pourrait bien leur ravir la deuxième place dimanche dans les urnes.

Dysfonctionnelle politique des petits compromis

Dans la campagne, les partis veulent se distancer de l’idée d’une nouvelle grande coalition, devenue en Autriche le symbole d’une dysfonctionnelle politique des petits compromis. C’est d’ailleurs l’incapacité des ministres à coopérer jusqu’à la fin de leur mandat en 2018 qui a provoqué le scrutin anticipé de ce dimanche. « Sociaux-démocrates et conservateurs poursuivent en réalité des buts inconciliables, par exemple en matière de fiscalité et d’éducation », explique Laurenz Ennser-Jedenastik, politologue à l’Université de Vienne, «  et les blocages réciproques lorsqu’ils essayent de travailler ensemble mènent à une grande frustration ».

Promesse pour certains électeurs d’un changement bienvenu, la participation du FPÖ à la prochaine coalition ne serait néanmoins pas une première. En 2000, l’alliance des conservateurs avec ce parti avait provoqué manifestations monstres et réprobation internationale. À titre de comparaison : samedi dernier, la police attendait des milliers de participants à une manifestation contre l’extrême droite dans la capitale, seules quelques centaines sont venues.

FPÖ moins radical ?

Le FPÖ est-il en réalité devenu moins radical ? « Il n’est pas plus modéré, mais plus discipliné qu’auparavant », remarque Laurenz Ennser-Jedenastik. De plus, ces idées font désormais partie du paysage, et plus seulement dans la république alpine : « Le populisme de droite est un phénomène politique normal en Europe ». Si cette nouvelle donne n’apporte pas satisfaction, l’Autriche pourra toujours, un jour, retomber sur son système de grande coalition, comme début 2007, après six ans de gouvernement avec le FPÖ.