« Nous serons l’archive de notre pays pour l’avenir » : la solidarité avec les artistes ukrainiens en Autriche

L’émission Accents d’Europe de ce jour était consacrée aux ratés et réussites de l’accueil des réfugiés ukrainiens en Europe. Un bel exemple autrichien : j’ai produit un reportage sur la solidarité particulièrement bien organisée ici envers les artistes ukrainiens — pourquoi elle fonctionne et comment … et pourquoi envers les artistes en particulier ? Les réponses dans mon reportage, qui commence vers 5’48 : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20220608-rat%C3%A9s-et-r%C3%A9ussites-de-l-accueil-des-r%C3%A9fugi%C3%A9s-ukrainiens

Bien-être animal : l’Autriche veut améliorer les conditions de vie des porcs en élevage

Il y a deux ans, les frères Hubmann ont décidé qu’ils élèveraient dorénavant leurs cochons en plein-air. (Sasendorf, Basse-Autriche)

« Le bien-être animal fait partie intégrante de la nouvelle stratégie de l’Union européenne pour une alimentation plus saine et plus durable. L’Europe s’est ainsi engagée à réviser en profondeur toutes ses lois sur le bien-être des animaux d’ici fin 2023. En Autriche, le débat s’est déjà imposé dans la société, sur la question de l’élevage des porcs. C’est l’un des secteurs majeurs de l’agriculture dans ce pays avec près de trois millions de cochons pour moins de neuf millions d’habitants. Là aussi, ce sont les citoyens qui ont fait bouger les choses avec un plébiscite signé par 400 000 personnes. Résultat, le parlement a voté une résolution qui demande au gouvernement d’améliorer les conditions de vie pour les élevages de cochons hors-sols. »

Mon reportage sur ce thème pour Accents d’Europe à écouter sur le site de RFI : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20220111-l-europe-s-engage-%C3%A0-faire-progresser-le-bien-%C3%AAtre-des-animaux-d-%C3%A9levage

Le président de la Confédération paysanne autrichienne, Georg Strasser, explique la nouvelle norme pour l’élevage des porcs sur caillebotis.

Eine Stimme am Apparat

Ein Telefondolmetsch-Dienst für gehörlose und schwerhörige Menschen

Die Nachfrage ist zurzeit beim Relay-Service des Vereins Service-Center ÖGS*-Barrierefreiheit sehr hoch. Denn in Zeiten der Pandemie lassen sich viele Amtswege nicht mehr persönlich erledigen und die Möglichkeiten, mit Behörden, Bank, Stromanbieter & Co. schriftlich zu kommunizieren, sind begrenzt. Was hörende Menschen mit einem einfachen Telefonat erledigen können, ist für Gehörlose und Schwerhörige oft unmöglich. Da hilft das Relay-Service in Wien. Dessen Mitarbeiterinnen sind für Kundinnen und Kunden Ohr und Stimme am Apparat und helfen Gehörlosen und Hörenden, sich in Gebärden- und Lautsprache zu verständigen. Damit hält das Telefonieren Einzug in die Gehörlosenkultur – samt Warteschleifen, Anrufbeantwortern und wortlosem Auflegen.

Mein 10-minütiger Beitrag dazu ist gestern in Moment auf Ö1 gesendet worden und bleibt noch 6 Tage online: oe1.orf.at/programm/20211201/658064/Telefondolmetsch-Dienst-fuer-gehoerlose-Menschen

*ÖGS = Österreichische Gebärdensprache

Retour au café et un destin particulier

Cette semaine, j’ai eu la chance de retourner pour la première fois depuis le début de la pandémie dans un café viennois ! C’était pour le travail, bien sûr. Quelques cafetiers de la capitale autrichienne mettent leurs tables gratuitement à disposition de lycéens et d’étudiants qui ont besoin de lieux pour se concentrer sur leurs révisions alors que les universités et les bibliothèques sont toujours en grande partie fermées et les appartements parfois surpeuplés, avec divers télétravailleurs et télétravailleuses à la maison. L’occasion de demander aux jeunes comment ils vont et de réfléchir à ce dont ils ont besoin pour ne pas sombrer dans la dépression. C’est à écouter dans Accents d’Europe (vers 9:50) : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210309-18-ans-dans-la-turquie-de-recep-tayyip-erdogan

Et puis l’histoire de Sukhdeep Singh. Il y a 18 ans, il débarquait du Penjab dans la petite ville d’Hirtenberg, en Basse-Autriche. Il était « mineur non-accompagné », adolescent, migrant et seul. Il a vécu six ans dans un foyer d’accueil. En août dernier, devenu adulte, il a racheté ce foyer pour le sauver de la fermeture après une réforme de l’accueil des demandeurs d’asile en Autriche. Pour écouter son histoire et celle de cette maison d’Hirtenberg, c’est ici (9:50) : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210310-l-europe-critiqu%C3%A9e-pour-sa-politique-migratoire

En Autriche, on vote à 16 ans. Quel impact sur la participation politique des jeunes ?

Amina Guggenbichler et Rebekka Dober en réunion dans les locaux de l’association « YEP – Voix de la jeunesse ».

Comment faire pour encourager les jeunes à participer à la politique ? L’Autriche a tenté de répondre à cette question en abaissant l’âge du droit de vote à 16 ans dès 2007. L’objectif à l’époque : freiner l’abstention grandissante dans le pays. 13 ans plus tard, la jeunesse est-elle devenue une force politique dans cette petite démocratie d’Europe centrale ? Éléments de réponse dans mon reportage diffusé vendredi dernier par RFI.

Version courte : rfi.fr/fr/podcasts/reportage-international/20201217-en-autriche-on-vote-%C3%A0-16-ans-quel-impact-sur-la-participation-politique-des-jeunes

Version longue : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20201218-l-europe-face-au-d%C3%A9fi-du-renouvellement-et-du-rajeunissement-de-ses-%C3%A9lites-politiques

Pour ces deux ans, YEP organise une opération de financement participatif. C’est ici.