Répression, déradicalisation, victimes : retour sur l’attentat de Vienne

Accents d’Europe s’est penché cette semaine sur la question du terrorisme en Europe, à l’occasion du début du procès des attentats de novembre 2015 en France et juste avant les 20 ans du 11 septembre… L’occasion pour moi de revenir sur l’attentat de Vienne et ses suites. Pour rappel, le 2 novembre dernier, un tireur inspiré par une idéologie djihadiste avait ouvert le feu dans le centre de Vienne, tuant quatre personnes et en blessant une vingtaine.

Mercredi, je faisais le point sur l’arsenal législatif mis en place ici cet été, en réponse à l’attentat, pour lutter contre le terrorisme. Combattre l’idéologie djihadiste sans stigmatiser les musulmans, c’est un numéro d’équilibriste – et il faudrait aussi que les mesures soient efficaces… L’approche autrichienne a été très critiquée : le gouvernement va-t-il trop loin dans la répression ? Mon reportage à partir de 9:55: rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210908-proc%C3%A8s-du-13-novembre-un-p%C3%A8re-t%C3%A9moigne

Hier, on parlait de déradicalisation dans l’émission.

Lire la suite « Répression, déradicalisation, victimes : retour sur l’attentat de Vienne »

Le procès d’un jihadiste relance la question de l’islam radical

Le procès d’un terroriste présumé qui aurait combattu en Syrie pour l’Etat islamique remet la question des jihadistes radicalisés en Autriche sur le devant de la scène.

Il aurait égorgé, poignardé, fusillé. Des combattants ennemis, mais aussi des civils. Nom de guerre : «le fils d’Aischa». Turpal I., 33 ans, a grandi en Tchétchénie, mais c’est en Autriche, petite république prospère d’Europe centrale à la paisible réputation qu’il s’est radicalisé et a pris la décision d’aller combattre en Syrie dans les rangs de l’organisation Etat islamique, selon l’acte d’accusation du parquet autrichien.

Le temps du jugement est maintenant venu pour Turpal I. Son procès, au côté de six autres accusés, débute à Vienne ce mercredi et durera au moins jusqu’à la fin du mois de juillet. Réfugié tchétchène arrivé en Autriche à 16 ans, il est accusé de s’être rendu en Syrie en 2013 et d’y avoir dirigé une unité de l’Etat islamique jusqu’en 2015. Son avocat explique dans les médias locaux que si le jeune homme se trouvait bel et bien dans ce pays en guerre, c’était en réalité pour tenter de retrouver la tombe d’un beau-frère disparu.

Lire la suite « Le procès d’un jihadiste relance la question de l’islam radical »

Le mot du jour : Postenschacher

On a appris mercredi que le chancelier Kurz est visé par une enquête du parquet économique et anti-corruption sur un soupçon de fausses déclarations devant une commission d’enquête parlementaire. Il aurait menti l’an dernier devant des députés qui cherchaient à savoir s’il était intervenu dans la nomination d’un proche à la tête d’une holding publique.

Une affaire de Postenschacher qui occupe l’Autriche depuis des mois et qui atteint maintenant le chef du gouvernement.

C’est quoi, le Postenschacher ? Le mot est un austriacisme, un mot allemand utilisé seulement en Autriche, qui désigne une forme de « piston » presque institutionnalisée. Une particularité autrichienne ?

Écoutez ma chronique dans l’émission Accents d’Europe de mercredi dernier (à partir de 14’40) : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210512-qu-est-ce-qu-on-mange-aujourd-hui

Retour au café et un destin particulier

Cette semaine, j’ai eu la chance de retourner pour la première fois depuis le début de la pandémie dans un café viennois ! C’était pour le travail, bien sûr. Quelques cafetiers de la capitale autrichienne mettent leurs tables gratuitement à disposition de lycéens et d’étudiants qui ont besoin de lieux pour se concentrer sur leurs révisions alors que les universités et les bibliothèques sont toujours en grande partie fermées et les appartements parfois surpeuplés, avec divers télétravailleurs et télétravailleuses à la maison. L’occasion de demander aux jeunes comment ils vont et de réfléchir à ce dont ils ont besoin pour ne pas sombrer dans la dépression. C’est à écouter dans Accents d’Europe (vers 9:50) : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210309-18-ans-dans-la-turquie-de-recep-tayyip-erdogan

Et puis l’histoire de Sukhdeep Singh. Il y a 18 ans, il débarquait du Penjab dans la petite ville d’Hirtenberg, en Basse-Autriche. Il était « mineur non-accompagné », adolescent, migrant et seul. Il a vécu six ans dans un foyer d’accueil. En août dernier, devenu adulte, il a racheté ce foyer pour le sauver de la fermeture après une réforme de l’accueil des demandeurs d’asile en Autriche. Pour écouter son histoire et celle de cette maison d’Hirtenberg, c’est ici (9:50) : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210310-l-europe-critiqu%C3%A9e-pour-sa-politique-migratoire

Du ski et une juge

Retour sur ces dernières semaines.

Aujourd’hui le ski est à nouveau au cœur de l’actualité en raison du grand nombre de cas du variant B1.351 dans le Tyrol. J’ai fait il y a deux semaines un reportage dans la station de Semmering, dans les Préalpes. Car malgré la pandémie, le confinement et la désapprobation des voisins européens, le ski est resté autorisé en Autriche… Vous pouvez réécouter ce reportage sur le site d’Accents d’Europe : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210126

Et puis un portrait de la juge Marion Hohenecker, qui a condamné en décembre dernier l’ancien ministre FPÖ Karl-Heinz Grasser. Les avocats de celui-ci se sont depuis retournés contre elle : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210119