H-C Strache quitte la vie politique

L’ex-vice-chancelier Heinz-Christian Strache a annoncé mardi son retrait de la vie politique après une série de scandales et la débâcle du parti d’extrême droite aux législatives anticipées de dimanche.

C’est avec un visage d’une grande pâleur qu’Heinz-Christian Strache a annoncé mardi matin son retrait de la vie politique. Il y a quatre mois, l’ancien vice-chancelier autrichien avait déjà démissionné de la tête de son parti d’extrême droite, le FPÖ. Il va plus loin et rend maintenant sa carte, avec l’intention de protéger sa «famille» politique des «calomnies» dont il fait l’objet.

Cette décision intervient alors que le FPÖ a subi une défaite douloureuse aux législatives anticipées de dimanche, avec une perte d’environ 10% des suffrages par rapport à 2017 au profit du parti conservateur de Sebastian Kurz et des Verts. Une semaine avant le scrutin, des journaux avaient dévoilé que Heinz-Christian Strache faisait l’objet d’une enquête concernant des soupçons de malversation. Lire la suite « H-C Strache quitte la vie politique »

Dans un train de nuit en Autriche, discussions vertes avant les législatives

Deux articles pour Libération, pour vous parler du vote de dimanche, qui nous tient en haleine.

Le contexte : www.liberation.fr/planete/2019/09/26/elections-en-autriche-les-conservateurs-favoris-la-coalition-en-question_1753839

Et puis ce reportage.

Entre couchettes de première et compartiments de seconde, les Autrichiens parlent de ce mode de transport et de l’écologie qui s’est imposée dans la campagne électorale.

Vienne, gare centrale, 23 heures. Norbert Steinkopf patiente tranquillement. La compagnie ferroviaire autrichienne ÖBB lui a envoyé un mail pour le prévenir que son Nightjet 246 à destination de Brégence partirait avec neuf minutes de retard. Le jeune informaticien allemand affectionne les trains de nuit. «C’est dommage que chez nous, en Allemagne, il n’y en ait plus». Alors que la plupart des pays européens liquident leurs lignes de nuit, la compagnie OBB investit à tour de bras. Elle en a même racheté à la Deutsche Bahn allemande. Un choix probablement rentable, car les Autrichiens n’hésitent pas à utiliser ce mode de transport. En moyenne, un Autrichien parcourt près de 1 400 kilomètres de rails par an. En Europe, seuls les Suisses font mieux.

«Si tous les pays pouvaient penser comme l’Autriche…» soupire un quinquagénaire en veste vert citron, avant de grimper dans un wagon. Lire la suite « Dans un train de nuit en Autriche, discussions vertes avant les législatives »

Congé paternité : un mois pour les papas autrichiens

À la faveur d’un état d’exception politique, le parlement autrichien a voté début juillet un droit opposable au congé paternité. Depuis septembre, les Autrichiens qui en font la demande peuvent passer un mois à la maison lors d’une naissance. Une indemnisation de 700 euros est prévue. La législation sur le sujet évolue rapidement au niveau international… mais on n’attendait pas forcément cette avancée de la part de l’Autriche, un pays où les conceptions traditionnelles de la famille ont encore la peau dure. La politique en avance sur la société en Autriche ? Mes explications dans Accents d’Europe sur RFI (8’45) : www.rfi.fr/emission/20190916-enfants-garde-conge-parental-milan-roumanie-autriche-espagne-haddad-benjamin

Les couples homosexuels et les adoptants sont aussi en mesure de faire valoir ce nouveau droit.

La dépendance en Autriche : une affaire de famille… et de migrantes

Anton et Susanne
Anton Prager aide sa femme Susanne Prager-Schugardt au quotidien, depuis onze ans.

84 pourcents des personnes en situation de dépendance en Autriche, seniors en tête, vivent à domicile. Un des taux les plus élevés en Europe. Qui pour s’occuper d’elles ? Dans la majorité des cas, la tache revient aux proches. Ces « aidants familiaux » sont un million – sur un pays qui en compte 8,8 – à s’occuper ainsi d’un aîné, d’un enfant, d’un conjoint… à raison de quelques heures par semaine ou à plein temps. Une charge immense qui n’est pas assez prise en compte par la société, alertent les associations.

Lire la suite « La dépendance en Autriche : une affaire de famille… et de migrantes »

La police montée : arrivera-t-elle, n’arrivera-t-elle pas ?

C’était un projet qui tenait tout particulièrement à cœur au ministre de l’Intérieur Herbert Kickl (FPÖ) : il voulait doter son pays d’une police montée. Seulement voilà, fin mai, son gouvernement a été renversé suite au scandale d’Ibiza, avant que cette nouvelle compagnie ne sorte des starters. Sous le feux des critiques, celle-ci fait maintenant face à un avenir très incertain. C’est l’histoire que je racontais hier sur RFI et que vous pouvez retrouver sur le site d’Accents d’Europe (à partir de 10′) : www.rfi.fr/emission/20190716

Les mères (et pères) célibataires s’organisent

Fin avril, le parlement autrichien a voté une réforme de l’aide sociale, qui est ici le dernier filet de sécurité étatique pour les personnes sans revenus ou à trop faibles revenus. Cette réforme comprend des coupes pour certains groupes (les étrangers, les familles nombreuses), mais aussi, soulignait le gouvernement droite-extrême droite, des dispositions plus avantageuses pour d’autres. En tête desquelles, les parents isolés, qui bénéficient d’une aide spécifique. Merci… mais c’est un peu à côté de la plaque ! répondent les associations. Mon reportage auprès de mères célibataires qui demandent des dispositions légales plus égalitaires et, encore et toujours, davantage de reconnaissance a été diffusé jeudi par Accents d’Europe, dans une émission spéciale sur la situation des mères célibataires sur le continent (à partir de 11′) : www.rfi.fr/emission/20190606-europe-meres-celibataires-difficultes-irlande-autriche-france-russie-demidoff