Des monuments au coronavirus en Autriche

Le projet de monument de Wolfgang Becksteiner © Wolfgang Becksteiner

Ils devaient présenter une réflexion sur la pandémie et ses conséquences : 220 artistes locaux ont participé au concours organisé par le Musée universel Joanneum de la ville de Graz et la région de la Styrie. Ceux-ci cherchaient des projets de monuments commémoratif pour la pandémie de covid-19 qui seront réalisés d’ici au printemps prochain. L’un sera construit à Graz, les deux autres ailleurs en Styrie. Les trois vainqueurs ont été annoncés en début de semaine. Je présentais leurs projets dans Accents d’Europe sur RFI ce vendredi, et vous pouvez écouter tout ça ici (à partir de 13’10 min) : rfi.fr/fr/podcasts/20200925-tensions-entre-ath%C3%A8nes-et-ankara-minorit%C3%A9-turcophone-thrace-occidentale-crainte

Le projet de Werner Reiterer (après 5 ans d’enfoncement) © Werner Reiterer

Das Notwendigste ist das Tempo

Hörtipp +++ heute um 15.30 auf Ö1 +++ dann 7 Tage online hier.

Das Notwendigste ist das Tempo.
Was Geschwindigkeit für Musik- und Tanzprofis bedeutet

Adela Liculescu

« Das Notwendigste und das Härteste und die Hauptsache in der Musik ist das Tempo », schrieb Mozart 1777 seinem Vater. Das gilt immer noch für alle Musik- und Tanzbegeisterte, ob Klaviervirtuosin oder DJ, Flamenco-Choreograf oder TikTok-Tänzerin, Radiomoderator oder Musikforscher.
Tempo ,Tempo! Wie schnell können aber MusikerInnen überhaupt spielen? Können sie mit Beethovens verrücktem Metronom mithalten? Ist schneller immer spannender? Wie üben VirtuosInnen der Musik und Tanz die Geschwindigkeit? Was passiert in ihrem Körper, in ihrem Kopf, wenn das Tempo rast? Warum hören Menschen so gerne Musik mit 120 « beats per minute »? Ist die Musik dazu verdammt, immer flotter zu werden? Eine Recherche in verschiedenen Bereichen des Kulturlebens.

https://oe1.orf.at/programm/20200825/608939/Schwerpunkt-Tempo-Leben-mit-Geschwindigkeit

Bilderbuch et la renaissance de l’austropop

Mon article, paru aujourd’hui dans Libé.

Avec «Vernissage My Heart», le groupe autrichien brandit ses convictions pro-européennes en réponse au repli nationaliste du pays.

«Une vie sans frontières/ Une Freedom à offrir/ Une liberté sans y penser.» Dans sa nouvelle chanson Europa 22, le groupe autrichien Bilderbuch chante son idéal d’un continent ouvert et plein de promesses. A rebours des discours qui émanent habituellement de l’Autriche, dirigée, depuis un an et demi, par le jeune conservateur Sebastian Kurz en coalition avec l’extrême droite, la sortie du morceau a fait son effet. Le groupe a lancé, fin février, alors que commençait la campagne des élections européennes, un site sur lequel les internautes peuvent générer, en quelques clics, leurs propres passeports européens, d’allure très officielle. Le lendemain, de nombreux utilisateurs affichaient déjà, sur les réseaux sociaux, leur effigie passée à la moulinette du passeport fictif. Parmi eux, l’ancien président du Parlement de Strasbourg, l’Allemand Martin Schulz.

Lire la suite « Bilderbuch et la renaissance de l’austropop »

Ma rencontre avec un homme du Néolithique

Une reconstitution d'Ötzi. © South Tyrol Museum of Archaeology/foto-dpi.com
Une reconstitution d’Ötzi. © South Tyrol Museum of Archaeology/foto-dpi.com

Suite et fin de mes reportages au Tyrol du Sud, région germanophone au Nord de l’Italie. Très ludique, je finis sur la fascination qu’inspire Ötzi, homme du Néolithique retrouvé dans un glacier, et dont j’ai vu la momie.

« Un homme mort il y a 5 300 ans, presque parfaitement conservé depuis le Néolithique. Cet hibernatus a été retrouvé en 1991 dans les Alpes du Haut-Adige, au nord de l’Italie. Ötzi, comme on l’appelle, est désormais exposé au petit musée archéologique du Tyrol du Sud. Et il déplace les foules. Cinq millions de visiteurs, dont notre correspondante Céline Béal. » Le reportage, diffusé hier par l’émission « Accents d’Europe », est à écouter sur le site de RFI : www.rfi.fr/emission/20190101

Avec Sissi au château : le marketing du conte de fée à Merano

D’autres nouvelles de mon voyage au Tyrol du Sud !

Celine et SissiEn Autriche, 120 ans après sa mort, la figure de l’impératrice Elisabeth est toujours omniprésente. Symbole de la grandeur passée de l’empire austro-hongrois, sa beauté et son destin tragique l’ont fait entrer dans la légende, ainsi qu’une trilogie de films, dans les années 50, avec l’actrice Romy Schneider. Et la fascination dépasse les frontières. Au Nord de l’Italie, dans une région qui appartenait autrefois à l’empire des Habsbourg autrichiens, la petite ville thermale de Merano a fondé sa célébrité sur l’impératrice, qui aimait venir s’y reposer. Je m’y suis rendue et j’ai rencontré Sissi… en personne, ou presque.

Mon reportage a été diffusé hier par Accents d’Europe sur RFI et il est à ré-écouter, en cliquant sur la flèche en haut à droite de l’image, ici : www.rfi.fr/emission/20181123