En Autriche, faute de soignantes étrangères, les seniors menacés d’abandon

Les restrictions établies aux frontières des pays d’Europe centrale et orientale font craindre un effondrement du secteur paramédical autrichien, fortement dépendant de travailleuses roumaines, slovaques et bulgares.

Un vent de panique souffle dans les familles autrichiennes. «Quand l’auxiliaire de vie bulgare qui s’occupe de ma mère de 84 ans nous a annoncé qu’elle ne prendrait pas son service comme prévu, j’ai pris en urgence une semaine de congé, je me suis préparée à partir pour Graz, où vit ma mère, et je me suis organisée afin d’effectuer un test pour le coronavirus», témoigne Birgit Dornbusch, éducatrice spécialisée viennoise de 56 ans. Son cas est exemplaire de ce que vivent plus de 33 000 familles autrichiennes dont l’organisation au quotidien dépend entièrement de 60 000 à 70 000 travailleuses étrangères du secteur paramédical : l’incertitude et l’angoisse de ne trouver personne pour s’occuper de leurs aînés. Lire la suite « En Autriche, faute de soignantes étrangères, les seniors menacés d’abandon »

La dépendance en Autriche : une affaire de famille… et de migrantes

Anton et Susanne
Anton Prager aide sa femme Susanne Prager-Schugardt au quotidien, depuis onze ans.

84 pourcents des personnes en situation de dépendance en Autriche, seniors en tête, vivent à domicile. Un des taux les plus élevés en Europe. Qui pour s’occuper d’elles ? Dans la majorité des cas, la tache revient aux proches. Ces « aidants familiaux » sont un million – sur un pays qui en compte 8,8 – à s’occuper ainsi d’un aîné, d’un enfant, d’un conjoint… à raison de quelques heures par semaine ou à plein temps. Une charge immense qui n’est pas assez prise en compte par la société, alertent les associations.

Lire la suite « La dépendance en Autriche : une affaire de famille… et de migrantes »