Robert Menasse «La politique commune est bloquée par les égoïsmes particuliers»

Paru dans Libération, lundi.

L’écrivain Robert Menasse a rencontré en 2017 un succès international avec la Capitale. Roman autour de la Commission européenne, il offrait un pendant fictif à son engagement en faveur d’une république européenne, supranationale et ancrée dans ses régions. Pas franchement le genre de discours en vogue dans son Autriche natale, gouvernée par le chrétien-démocrate Sebastian Kurz, en coalition avec l’extrême droite.

Pourquoi les idées proeuropéennes séduisent-elles moins que l’europhobie des nationalistes ?

Le succès du nationalisme découle d’une contradiction fondamentale de l’Union européenne. Elle incarne un projet d’évolution postnationale, avec des institutions supranationales… mais la plus puissante d’entre elles reste le Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement. Des élus nationaux qui revendiquent défendre les intérêts de leur pays. Conséquence : la politique commune reste bloquée par les égoïsmes particuliers. Les crises se multiplient et les citoyens font le constat des dysfonctionnements de l’UE. Ils peuvent alors assurer : «Nous voulons au moins que nos Etats nations fonctionnent.» Précisément ce que promettent les populistes de droite et les nationalistes. En réalité, les blocages pourraient être dépassés par, non pas moins, mais davantage de prise de décision commune.

Lire la suite « Robert Menasse «La politique commune est bloquée par les égoïsmes particuliers» »