Féminicides en Autriche : le réveil des consciences ?

Très médiatisé, le meurtre conjugal d’une femme de 35 ans, qui a endeuillé Vienne jeudi soir, participe en Autriche à une prise de conscience du problème des violences faites aux femmes.

Qu’un meurtrier présumé soit préalablement connu des services de police, c’est malheureusement souvent le cas, en Autriche comme ailleurs. Il est moins habituel cependant qu’il soit également connu du grand public. C’est l’histoire tragique qui agite l’Autriche depuis ce week-end et qui participe, au passage, à l’émergence d’une discussion publique sur le sujet des violences faites aux femmes.

Jeudi soir aux environs de 20 heures, des coups de feu retentissent dans un immeuble du vingtième arrondissement de la capitale. Une Viennoise s’écroule dans son appartement.

Lire la suite « Féminicides en Autriche : le réveil des consciences ? »

Du ski et une juge

Retour sur ces dernières semaines.

Aujourd’hui le ski est à nouveau au cœur de l’actualité en raison du grand nombre de cas du variant B1.351 dans le Tyrol. J’ai fait il y a deux semaines un reportage dans la station de Semmering, dans les Préalpes. Car malgré la pandémie, le confinement et la désapprobation des voisins européens, le ski est resté autorisé en Autriche… Vous pouvez réécouter ce reportage sur le site d’Accents d’Europe : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210126

Et puis un portrait de la juge Marion Hohenecker, qui a condamné en décembre dernier l’ancien ministre FPÖ Karl-Heinz Grasser. Les avocats de celui-ci se sont depuis retournés contre elle : rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20210119

Foyer d’infection à Ischgl : l’heure des comptes

Pour Libération, hier.

Comment une station de ski alpine a-t-elle pu devenir un foyer épidémiologique majeur en Europe ? Après des révélations médiatiques et des plaintes de touristes contaminés, le parlement régional du Tyrol a créé une commission d’enquête qui doit maintenant faire la lumière sur la gestion de la crise par les autorités.

Ronald Rohrer se met au travail cette semaine. Le juge à la retraite et ancien vice-président de la Cour suprême autrichienne a été chargé il y a dix jours par le gouverneur du Land du Tyrol, à la demande de son parlement régional, de former une commission. Elle doit enquêter sur la gestion très critiquée de la crise sanitaire dans cette région de l’ouest de l’Autriche. Après des semaines où les autorités tyroliennes et autrichiennes ont rechigné à faire œuvre de transparence, au nom de la priorité donnée à la sortie de crise, c’est le premier mécanisme enclenché pour amorcer une autocritique dans cette petite république d’Europe centrale aux 8,9 millions d’habitants. Lire la suite « Foyer d’infection à Ischgl : l’heure des comptes »

Beruf: GerichtsdolmetscherIn

Hörtipp für heute, 15:30 Uhr, auf Ö1! Mein « Moment » zum Beruf der GerichtsdometscherInnen.

Rechtsjargon und Schimpfwörter zwischen zwei Sprachen
Sprachvermittler vor Gericht

Wenn sie ihre Arbeit gut machen, dann werden sie kaum wahrgenommen. Jedoch sind die GerichtsdolmetscherInnen unentbehrlich für eine funktionierende Justiz. Trauungen, Scheidungen, Unternehmensgründungen, Unfälle, Straftaten… Die SprachvermittlerInnen stehen Menschen in den entscheidendsten, oft extrem emotionsgeladen Situationen ihrer Leben zur Seite und müssen stets neutral bleiben. Auf Anhieb übersetzen sie so präzis wie möglich, und zwar alles – vom juristischen Fachjargon über diverses technisches Vokabular bis hin zu Umgangssprache und Schimpfwörtern. Auch das Unübersetzbare muss vermittelt werden – denn es geht um den Rechtsstaat.

oe1.orf.at/programm/20200217/588865/Beruf-GerichtsdolmetscherIn

La justice sous pression

Sabine Matejka
Sabine Matejka, présidente de l’Association des juges d’Autriche

Si ces attaques, ces tentatives de discréditer l’État de droit, se multiplient encore, alors celui-ci sera vraiment en danger, parce que cela modifie la perception qu’a la population de l’État de droit et de ses institutions » – Sabine Matejka

Le ministre de l’Intérieur autrichien, Herbert Kickl, idéologue du parti de la liberté, le parti d’extrême droite a créé la frayeur parmi les juges. Dans une interview récente sur les droits de l’homme et les migrants, il affirmait que « c’est au droit de suivre la politique, et non à la politique de suivre le droit« . Une déclaration inquiétante, alors que la justice autrichienne revendique son indépendance, même si elle manque de moyens. Mon reportage diffusé hier par « Accents d’Europe » sur RFI :  www.rfi.fr/emission/20190313